Primex-news-4-glass

Actualités

Le PDG de Primex, Kari Sarvanto, sur Pharmaboardroom

Kari Sarvanto présente Primex, une société innovante à forte croissance qui est le fer de lance d’un nouveau modèle d’entreprise pharmaceutique axé sur l’anesthésie. Il parle d’entrepreneuriat, d’innovation et de nouveaux moyens de réussir dans le secteur pharmaceutique aujourd’hui.

« Pour les grandes sociétés pharmaceutiques, les patients pédiatriques ne deviennent intéressants qu’à la fin du cycle de vie avec les extensions des délais de brevet : nous les considérons comme des clients essentiels, nous innovons et développons de nouvelles formulations et packs spécifiquement pour les enfants.

Primex se présente comme « une entreprise innovante et en pleine croissance, à l’avant-garde d’un nouveau modèle d’entreprise pharmaceutique ». Qu’est-ce que cela veut dire exactement ?

En tant que jeune entreprise, nous avons été en mesure de créer une stratégie qui ne s’embarrasse pas de son passé, mais qui vise plutôt à changer rapidement le paysage pharmaceutique en fonction de l’interaction avec les cliniciens. Les grandes sociétés pharmaceutiques sont très dominantes, mais sont souvent déconnectées du marché. Nous avons reconnu cela, et nous nous sommes concentrés sur la compréhension des réalités du marché par le biais de nos échanges avec les professionnels et les patients. Nous sommes proches de nos clients, c’est-à-dire, nos partenaires, le personnel hospitalier et les patients. La première chose que nous faisons est d’aller vers des clients dans un nouveau marché et nous leur demandons simplement de quoi ils ont besoin. Nous nous concentrons sur l’anesthésie et d’autres produits exigeants. Nous venons de présenter un premier produit anesthésique pédiatrique aux autorités européennes et suisses en vue d’une autorisation de mise sur le marché. « Pour les grandes sociétés pharmaceutiques, les patients pédiatriques ne deviennent intéressants qu’à la fin du cycle avec les extensions de brevet : nous les considérons comme des clients essentiels, nous innovons et développons de nouvelles formulations et packs spécifiquement pour les enfants.

Pourquoi avez-vous décidé de concentrer votre activité sur ce domaine en particulier ?

En 2011, nous avons acheté le Recofol à Bayer.

Il s’agissait du premier propofol après le princeps, et la première version lipide avancée, cela nous a incité à nous impliquer dans le marché de l’anesthésie. Depuis l’arrivée du premier propofol il y a des décennies, il n’y a pas eu beaucoup de nouveaux produits parmi les anesthésiques, mais aujourd’hui nous apportons un nouvel anesthésique pédiatrique sur le marché ; un produit qui, une fois enregistré, deviendra le premier sédatif pour enfants en Europe. En tant que produit pédiatrique, il a été développé et étudié pour les enfants, et nous avons déjà acquis de l’expérience auprès de quelque 10 000 patients pédiatriques au cours de ces dernières années d’utilisation clinique au CHU d’Amiens en France.

Pourriez-vous nous donner un aperçu de votre portefeuille de produits actuel ? Au cours des dernières années, Primex a affiché une croissance très forte de son chiffre d’affaires. Quels produits sont à l’origine d’une telle croissance ?

Le Recofol a été notre principale source de revenus, avec notre solution intraveineuse pour l’insuffisance cardiaque aiguë, Dobuject. Tout dans ce domaine prend du temps, mais en anesthésie, nous avons des produits prometteurs actuellement en développement. Pour définir notre stratégie de portefeuille, nous utilisons la métaphore de la triade de l’anesthésie : qui est associée à l’hypnose, à la sédation ou à l’inconscience ; mais il y a aussi deux autres éléments dont l’anesthésiste a besoin quotidiennement : les analgésiques, ou la gestion de la douleur, et le troisième pilier, les myorelaxants et leurs inverseurs. Tous ces éléments doivent être pris en compte lorsque vous travaillez en anesthésie.

Mais lorsque nous abordons de nouveaux marchés, en particulier ceux qui ne sont pas développés, nous savons que les meilleurs produits, avec une force de vente, ne feront pas le travail seuls.

Par conséquent, nous nous concentrons sur le déblocage des marchés grâce à l’interaction avec les décideurs et les acheteurs des hôpitaux, et en garantissant la qualité européenne avec les normes appréciées par les autorités locales. Par exemple, en Indonésie, nous travaillons avec un acteur local majeur –

Le travail local fait partie de notre stratégie. À l’opposé de cela, il y a les filiales des grandes multinationales dirigées par des étrangers, qui induisent parfois un manque de dialogue avec les parties prenantes locales. Par le passé, nous devions faire du porte-à-porte dans le monde entier et présenter Primex, mais maintenant c’est plus facile, car notre nom est maintenant reconnu, grâce à nos produits et à nos efforts de marketing à l’échelle mondial.

Cliquez ici pour lire l’article complet.

Source : http://pharmaboardroom.com/interviews/interview-kari-sarvanto-group-ceo-primex-pharmaceuticals-switzerland/
07.11.2016